Les addictions

Categorie: Période Prénatale

24 septembre, 2018 12:02

Toutes les consommations de substances (alcool, tabac, cannabis, héroïne, cocaïne…) pendant votre grossesse présentent des risques pour vous et votre enfant à naître (grossesse extra-utérine, fausse-couche, accouchement prématuré, mort fœtale in utero, mort inopinée du nourrisson, bronchiolite, bronchite…). C’est pourquoi nous conseillons de les arrêter ou les limiter le plus possible.
Parmi les substances fréquemment consommées, l’alcool expose à des conséquences graves sur le développement du fœtus. Nous encourageons toutes les femmes enceintes à ne pas consommer d’alcool dès l’annonce de la grossesse. Alcool, vin, bière, cidre quelque soit la boisson alcoolisée, nous ne sommes pas en mesure de dire à partir de quelle quantité l’alcool devient nocif pour le bébé. Le risque pour l’enfant existe dès le premier verre d’alcool et quelque soit le terme de la grossesse. Les effets peuvent être graves et entraîner un Syndrome d’Alcoolisation Fœtale (SAF).

Alors objectif = zéro alcool pendant la grossesse !

Quant au tabac et aux autres substances, l’arrêt des consommations est bénéfique pour le fœtus à n’importe quel moment de la grossesse. Le cannabis n’est pas « bio » ! En fumant un joint votre bébé est exposé aux mêmes effets que ceux liés au tabac et à l’apparition d’un syndrome de sevrage à la naissance (bébé irritable, pleurs, trémulations, difficultés à téter…). Il est déconseillé de fumer si vous allaitez votre bébé, car la nicotine passe dans le lait maternel. Mais allaiter, peut être aussi une bonne occasion d’arrêter de fumer. Gardez à l’esprit que le lait maternel reste la meilleure protection pour votre bébé. Avec ou sans consommation de substances psychoactives, l’allaitement doit donc toujours être favorisé.

Il peut être très difficile de s’arrêter, l’alcool et le tabac pouvant rendre encore plus dépendant que certaines autres substances, et en parler n’est pas toujours facile, surtout quand l’entourage n’est pas au courant. Dans le cas où vous ressentiriez des difficultés particulières à réduire ou arrêter complètement ces consommations, nous vous conseillons de venir en parler, car votre difficulté peut être le signe d’une addiction. Concernant le tabac par exemple, des traitements à base de substituts nicotiniques existent et peuvent vous permettre de réduire ou d’arrêter de façon durable votre usage pendant la grossesse et après l’accouchement. Une prise en charge dans le cadre d’un forfait annuel, existe et certains de ces traitements (gommes à mâcher, patchs) sont désormais remboursés, comme n’importe quel médicament. Parlez-en à votre sage-femme, votre obstétricien ou votre médecin et n’hésitez pas à leur poser toutes les questions.

A votre écoute, les professionnels de santé pourront vous accompagner et vous orienter dans une attitude bienveillante et non jugeante vers une aide spécialisée. Faites-vous confiance ! Motivez aussi votre entourage ! Ces risques existent aussi avec la fumée présente dans votre environnement : si votre partenaire fume, essayez d’arrêter à deux !

Le RPNA propose des outils pour les femmes, les couples et les professionnels qui souhaitent parler d’addictions.

La grossesse peut être une motivation pour réduire ou stopper vos consommations !

Liens utiles:

Auteur : L'équipe RPNA

septembre 24, 2018

Catégorie :